Le parking construit au pied de la mine à ciel ouvert est le lieu stratégique pour ancrer le sujet du film : celui du spectacle organisé par le holding de la R.W.E.. Une passerelle métallique a été construite qui permet aux touristes et autres passants d’avoir un point de vue sur l’ingénierie mise en oeuvre pour extraire le lignite.

Un long plan caméra part du fond de la mine et balaye l’espace jusqu’à atteindre la passerelle dans un mouvement de champ/contre-champ. Le son est celui des commentaires des touristes face à la mine.

Pour suivre l’impact de la mine sur la région, j’arpente et je filme les réseaux ferroviaire et électrique qui se structurent et se développent entre le site d’extraction et les centrales.

J’ai repéré des lieux de croisements entre le réseau routier et la voie ferrée, ainsi que des endroits où ils évoluent côte à côte, particulièrement un tronçon de route secondaire où circulent en contrebas les convois de wagons qui transportent le lignite et sont frappés du sigle de la R.W.E.. Ces plans serviront de jonctions pour assembler les différentes séquences du film.

Des plans fixes montrent la destruction des villages environnants, négatif voilé de l’ingénierie et contre-champs du spectacle de la mine. Sur un plan on aperçoit le clocher de l’église d’Immerath, village qui se situe dans la zone d’extension de la mine. Sur un autre plan pris au même endroit que le précédent, le clocher n’est plus visible et le village est presqu’entièrement détruit.



 

Par le système des plans pivots, des mouvements caméras vont balayer la zone qui sépare et voile l’activité minière aux yeux des habitants des villages environnants. Le décors est celui d’une technologie conquise à l’énergie durable, des plans fixes montrent des champs d’éoliennes, des panoramiques en champ/contre-champ vont des éoliennes vers la réserve naturelle.

Les images de trois centrales thermiques reliées à la mine seront des plans clés. Chacune de ces infrastructures possède son biotope, son organisation urbanistique singulière qui vont nourrir la matière du film.

La centrale de Frimmersdorf, la plus ancienne et la plus polluante, date de 1954. Elle se situe au bord d’une route nationale très fréquentée. Face au bâtiment se trouve une zone forestière où se déploie un réseau de pylônes électriques branché sur la centrale. Un mouvement caméra glisse le long des câbles à haute tension puis bascule lentement jusqu’à faire apparaître entièrement dans le champ l’architecture imposante et moderniste de la centrale. Après un temps d’arrêt, le mouvement de la caméra continue et balaye latéralement l’espace en champ / contre-champ puis s’arrête sur la vue du bocage colonisé par le réseau des pylônes électriques.

Je situe chacune des centrales avec ce mouvement de caméra afin d’appuyer l’aspect systématique d’un plan de machine.

 

Pour filmer la centrale de Neurath, je reprend le même mouvement de balayage horizontal accompagné d’un plan fixe. Je prend ensuite une série de plans plus focalisés sur les différentes structures industrielles qui s’agencent de part et d’autre de la route en forme de perspective dont la centrale est le point de fuite.

La centrale de Niederaussem est la plus récente, c’est un lieu de recherche et d’expérimentation pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. C’est la pierre angulaire du discours écologique et environnementale développé par le holding de la RWE. Un long plan caméra horizontal part de la rue principale de la petite ville de Niederaussem et finit sur un cadrage serré de la centrale construite aux abords immédiats de la cité.

Un autre plan part des lignes à haute tension qui strient l’espace, la caméra glisse des câbles aux volutes de fumées qui s’échappent des tours de refroidissement et le mouvement se termine par un plan fixe sur l’ensemble du corps de la centrale, ce mouvement caméra répond au précédent. Une série d’autres plans inscrits dans la logique de la fragmentation assemble l’image de cette petite ville dominée par la présence imposante de la centrale, des plans fixes sur les piétons, les commerces, stations services, etc..

     
     
     
©2018 denis deprez