« L’idée scientifique de la nature nie systématiquement l’expérience vécue: c’est la chute des idoles dont parle Bacon. Elle élimine le rapport incarné et imaginatif aux objets de l’expérience qui est centrale dans toutes les formes non modernes de connaissance, dans toutes les cultures. Cette négation pénètre dans l’expérience comme un désenchantement et autorise l’exploitation de la nature en tant que simple matériau brut. Dans la mesure où les sociétés modernes concrétisent cette négation dans leurs mentalités et leurs institutions, elles minent leurs bases propres dans le monde naturel avec les conséquences  que l’on reconnait désormais comme des catastrophes écologiques imminentes. Ceci fut la tendance de la culture occidentale pendant les siècles, elle s’est désormais étendue au monde. »

 

 

   
         
   

Andrew Feenberg in Philosophie de la praxis. Marx, Lukács et l’école de Francfort, Lux éditeur, 2016, pour la traduction française, p.310