Situé entre le cimetière d’Ixelles et l’université libre de Bruxelles, le quartier Volta est une cité jardin construite entre 1914 et 1926 par l’architecte Boelens. Le quartier est en voie de gentrification, des promoteurs construisent de nouveaux immeubles sur des anciens espaces verts. Aujourd’hui, une seconde phase de travaux de rénovation de la cité jardin est en cours.

À travers l’histoire de la transformation du quartier et malgré la main mise des autorités et de l’urbanisme, des trous apparaissent dans le maillage pourtant très dense de la cité jardin. Ces trous sont comme des zones où les règles des institutions sont momentanément suspendues, pour des raisons très diverses. Le potager de la rue Volta provient d’une occupation d’un de ces trous par un groupe de potagistes.

Depuis plus d’un an, je rencontre les potagistes de la rue Volta, je fais des relevés sous différentes formes, vidéo, photographie, dessin, conversation. Les vidéos et les publications présentées ici documentent le quartier Volta en tant que site en mutation. Cet ensemble de documents rend visible les différents récits qui participent à l’image de la cité jardin. Les narrations institutionnalisées de l’urbanisme coulées dans le béton et l’encre des cachets administratifs croisent les récits des occupations précaires et temporaires des potagistes.

Dans ce sens, les vidéos, les publications et les dessins pourraient être assimilés à un dispositif optique. Une sorte de microscope bricolé qui nous ferait voir à partir des lamelles extraites du tissus urbains certaines structures, écosystème d’un site en mutation au XXIème siècle.

back